Bravo, vous avez décidé d’en savoir plus sur les Business models crash tests pour en organiser un !

Voici comment on a procédé pour organiser les nôtres et les outils qu’on a utilisés.

Si on peut vous aider autrement, n’hésitez pas : *protected email* et si vous avez envie de nous proposer vos idées ou vos synthèses d’événements, c’est génial : *protected email*.

Kesako

Un Business Model Crash test, qu’est-ce que c’est ?
Un atelier au cours duquel des mentors bienveillants se penchent sur une question de modèle économique d’un entrepreneur à l’aide d’une méthodologie qui peut être supportée par un outil de travail collaboratif  comme Stormz.

Autrement dit c’est réunir un groupe de travail éphémère pour identifier des expérimentations prioritaires d’un projet entrepreneurial.

Comment ça se passe ?
Une phase à distance pour faire les présentations et prendre connaissance de la question et un atelier de 2h animé et outillé.

Qu’est-ce qui en ressort ? Quels sont les résultats ?
Un Business Model Crash Test sert à créer, apporter des idées, des contacts, de nouveaux points de vue sur un business model qui cherche à naître, ou bien sur un model économique qui existe déjà et qui cherche à évoluer.

Pour le projet : des idées qualifiées, un plan d’action et des ressources à mobiliser.

Pour les mentors bienveillants : la satisfaction d’avoir contribué à un projet, des rencontres avec d’autres mentors, l’expérience d’une méthode d’animation.

How to - étapes

On vous a mis ici notre séquence. Pour certaines étapes, référez-vous aussi aux exemples, ils illustreront ce qu’on a essayé de vous dire ici.

1 – Identifier une question de modèle économique

Ca paraît évidemment mais c’est bon de le rappeler ! Pour que l’atelier soit productif et que chacun en ressorte avec quelques chose, on a constaté qu’il était bon de formuler une question aussi précise que possible sans qu’elle soit trop opératoire (et c’est là que c’est pas si simple, mais vous verrez on y arrive).

Voilà quelques questions qui ont guidé nos crash tests :

2 – identifier un groupe de mentors bienveillant

Bon vous avez une question c’est déjà pas mal, mais bon, la réponse c’est bien aussi. Et c’est là que les mentors entrent en piste. Vous allez maintenant constituer la dream team qui va avoir envie de se coller à la question.

Voilà comment on a constitué les équipes de nos crash tests :

  • les entrepreneurs ont souvent autour d’eux ce genre de mentors (ils ne les appellent pas toujours comme ça) => c’est une première source d’idée. L’avantage est qu’il connaisse le projet et ont envie de le soutenir
  • la question peut donner des idées : qui sont les individus autour de soi (et pas que) qui ont résolu cette question (pas besoin que ce soit dans le même secteur, c’est même mieux) ?
  • le secteur est aussi une piste : quelles sont les organisations à d’autres étapes de la chaîne de valeur qui pourraient avoir envie que le projet réussissent

3 – planifier l’atelier et la préparation

Bon, vous avez la question et l’équipe, c’est top, maintenant, il faut s’assurer d’une bonne exécution.

Identifiez une date qui convienne à tous (on a observé qu’une anticipation de 4-6 semaines permettait d’avoir presque tout le monde), confirmez-là en expliquant ce qui va se passer.

Là vous pouvez souffler un peu, vous avez fait une grosse partie du boulot.

4 – préparer la séquence de l’atelier

Ok, vous voulez gagner 3 millions d’utilisateurs mais comment allez-vous faire travailler les gens sur cette question, quelles vont être les étapes de votre ateliers.

Le design de l’atelier consiste à concevoir l’ordre et le contenu des différentes activités du groupe lors d’une réunion de 2h.

Pour concevoir l’atelier, il faut compter, dans le plus simple des cas, une réunion de préparation de 2 heures et une réunion de répétition de 1h environ. Il est parfois utile de réitérer  design et répétitions plusieurs fois dans les cas les plus complexes.

5 – commencer à discuter

Vous êtes maintenant à deux semaines de l’atelier, vous avez une date, un lieu, une question, des gens, vous pouvez commencer à interagir.

La question du lieu de cette discussion est délicate, certains sont à l’aise avec des mails, d’autres avec des groupes facebook, d’autres avec linkedIn, d’autres enfin avec rien de tout cela. Il vous faut trouver une plateforme qui convienne au maximum de vos invités.

Pour discuter voilà ce qu’on a fait :

  • l’entrepreneur présente son projet et chacun se présente brièvement
  • poser une question aux mentor du genre « à quoi avez-vous pensé en premier quand on vous a parlé de ce projet ? »

6 – réaliser l’atelier

bon, ben  là vous déroulez., en général voilà le timing qu’on a suivi :

  • 15 minutes – Accueil et attente des retardataires (on aimerait l’éviter mais force est de constater que dans la pratique c’est comme cela que ça se passe). Ici, on profite de l’occasion pour vérifier le matériel, installer les victuailles, connecter les PC à Stormz.me, constituer des binômes.
  • 15 minutes – La société crashtestée présente son pitch, son projet et les questions qu’elle se pose. Les participants ont un peu de temps pour poser des questions si la phase de rencontre asynchrone n’a pas été suffisante.
  • 1 heure – trois ou quatre activités sur stormz.me ou en live s’enchaînent de la façon dont elles ont été programmées lors de la phase de design de l’atelier.
  • 20 minutes – échange libre sur la ou les expérimentations à mener. C’est le moment des idées concrètes, des propositions d’action, des mises en relation.
  • 10 minutes – la société conclut en indiquant ce quelle retient

Voilà quelques retours d’expérience :

  • prévoyez du temps pour que chacun puisse se présenter et faire connaissance
  • gardez du temps à la fin pour conclure proprement
  • documentez au mieux

7 – synthétiser

Le lendemain, pensez à remercier les participants et envoyer le lien sur l’atelier stormz.me pour que chacun puisse revenir tranquillement sur les idées émises.

Paquetage

Pour organiser un Business Model Crash Test les ressources suivantes sont réunies :

  • Une salle de réunion d’une capacité de 15 personnes,
  • Un accès internet,
  • Nous aimons utiliser Stormz.me (un SaaS pour animer des workshops) à la place des post.it
  • Un ordi ou tablette pour les facilitateurs et un ordi par binôme de mentors bienveillants
  • (optionnellement) un projecteur
  • de la bonne humeur, de la convivialité (de quoi grignoter et désaltérer les gosiers)
  • Un groupe (FB, LinkedIn…) ou un Forum

Exemples

Voici quelques uns des Business Models crash tests que nous avons organisés. Allez voir les synthèses, cela vous donnera peut-être quelques idées et cela illustrera sûrement ce qu’on vous dit dans le « How TO ».

Wiithaa – Et si vous étiez le boss, quelles expérimentations lanceriez-vous la semaine prochaine.

Onecub – Comment faire pour avoir 1M d’utilisateurs en 6 mois.

Openfunding – quel crowdfunding pour les développeurs d’application ?

AidDetox – comment rendre les clients contributeurs ?